Rock’n’Roll rime souvent avec excès, vous qui êtes des fidèles du site, vous le savez déjà. Dans les années 70 deux groupes étaient en tête de liste en termes de délires en tout genre et de destruction, mais la palme revient sans doute à Keith Moon le dynamique (voire dynamite…) batteur de The Who.


Keith Moon
L’histoire est racontée par le guitariste et chanteur Nick Harper, dont le père Roy était un ami du groupe :

Un jour je demande à Keith de m’indiquer où sont ses toilettes. ll m'a souri en me disant "bien-sûr". J'y suis allé, et il n'y avait pas de toilettes, juste un tas de débris, je lui ai alors demandé :
- Mon Dieu, qu'est-ce qui est arrivé ?
- Cette bombe cerise était sur le point d'exploser dans ma main et je l'ai jetée dans les toilettes pour l'arrêter, m'a-t-il répondu
- Elles ont cette puissance-là ? lui demandai-je
- Ouais, c'est incroyable !
- Combien tu en as ? le questionnais-je alors, avec de la peur dans les yeux. Il a éclaté de rire et dit :
- Cinq cents !

Puis il a ouvert une boîte remplie à ras bord de bombes cerises.

Les Bombes cerise ou « cherry Bomb » en anglais, ne sont pas des petits pétards de fête foraine, mais de véritables petites bombes utilisées à l’époque dans les feux d’artifice…

Comme la vie en tournée est ennuyeuse, Keith Moon peaufine sa technique en passant à de véritables explosifs et met au point un scénario qui sera la hantise des directeurs d’hôtels qui accueilleront les Who : en pleine nuit, il passe de la musique à fond, de préférence un disque des Who. Un membre du personnel de l’hôtel vient donc généralement taper à la porte de sa chambre en lui demandant d’arrêter ce bruit. Keith s’enferme dans les toilettes et les fait exploser, croyant bon d’ajouter « ça c’était du bruit » en remontant le son de la chaîne hi-fi « et ça c’est de la musique ! »
L’info n’est pas vérifiée mais il semblerait que la facture totale des explosions de WC de Keith Moon s’élèverait à 500 000 dollars !

(Véracité de l'anecdote : Note Rock Note Rock Note Rock Note Rock Note Rock | Source : toutelaculture.com)