Je vais faire appel à votre ouïe sur-développée d'amateur de Rock pour cette anecdote, concernant l'une des plus belles chansons de tous les temps.


Avant de lire cette anecdote, installez vous confortablement dans votre fauteuil, mettez un casque audio sur vos oreilles, poussez le son, et écoutez d'une traite Since I've Been Loving You de Led Zeppelin.

 

C'est bon, c'est fait ? Bon, je suppose donc que vous avez eu droit à votre orgasme auditif du jour (ne me remerciez pas, ça m'a fait plaisir à moi aussi).

Alors maintenant, on va se pencher sur un petit détail de la chanson, quasi insignifiant, voire carrément anecdotique (mais n'est-ce pas le but de ce site, en fait ?). Repassez vous l'intro... Les cinq notes (mythiques) de guitare puis la batterie qui commence à taper. C'est MAINTENANT qu'il faut tendre l'oreille ! Après chaque coup de grosse caisse. Allez, un effort, ou un coup de coton-tige, ça peut aider aussi... C'est bon, vous l'avez ?

En fait, on entend après chaque coup de grosse caisse un ridicule petit "cuiiic", comme si une petite souris couinait à contretemps. En réalité, il ne s'agit pas d'une souris (je sais, à ce moment précis, vous êtes déçus). Il s'agit tout simplement de la pédale de John Bonham... Qui n'était pas assez huilée, et qui émettait un petit son à chaque fois qu'il en relevait le pied (après chaque coup de grosse caisse donc).

Jimmy Page expliquera plus tard qu'ils auraient très facilement pu supprimer ce petit bruit "parasite", que ce soit en huilant correctement la pédale (la solution qui semble le plus simple et le plus logique) ou en post production.
Cependant, même après moult remasterisations, le couinement est toujours présent. D'après Page, cela ajoute de l'authenticité au morceau (après tout, c'est dans ces conditions qu'il a été enregistré), et ce bruit de pédale fait depuis le temps partie intégrante du morceau !

Pour ceux que ça intéresse, vous pouvez retrouver un article avec ma vision... personnelle de Since I've Been Loving You sur Let's Rock Today !

Et pour finir, on se la repasse, mais cette fois-ci en live (y'a plus le couinement, mais ça vaut quand même le coup !)

 

 

(Véracité de l'anecdote : Note Rock Note Rock Note Rock Note Rock Note Rock | Source : Wikipedia et mes oreilles)