Un groupe de Rock, c'est presque dans tous les cas une bande de copains avant tout. Et quand des mecs se retrouvent enfermés pendant des jours complets dans un studio d'enregistrement, il n'est pas rare de voir ressurgir des instincts typiquement masculins : aujourd'hui, je vous propose de la poésie et de la finesse avec Mars Landing Party de Placebo.


Bon, avant de vous raconter la petite histoire de cette mignonne chansonnette, je vous invite à l'écouter, car elle vaut le détour !

Bon, maintenant que vous avez enrichi votre culture musicale (dans le cas où vous n'aviez jamais entendu cette pépite), je vous propose un petit voyage en 1998, pendant les sessions d'enregistrement de l'album Without You I'm Nothing. Le trois gaillards de Placebo sont en studio et - comme cela se fait souvent - jamment entre eux, le temps que les ingénieurs du son procèdent aux différents réglages nécessaires au bon déroulement des enregistrements. Explorant différentes pistes et avec plus ou moins de second degré, le groupe part dans un trip bossa nova, bien éloigné de leur style Rock alternatif habituel.

Ce qui aurait pu rester un boeuf sans suite chatouille l'oreille de Brian Molko, et celui-ci décide d'improviser des paroles improbables sur cette musique qui ne l'est pas moins. Pour cela, il s'inspire d'un message vocal qu'un fan (un peu dérangé ?) vient de laisser sur son répondeur... Le message n'était autre que "Embrasse moi, mets ton doigt dans mon cul". Au bout de quelques minutes, le texte et la musique sont bouclés, la chanson est immortalisée par les ingés son, certainement morts de rire derrière leur console.

Pochette du single Pure Morning de Placebo Image transparente Le morceau, même s'il ne figurera malheureusement pas sur l'album Without You I'm Nothing, se retrouvera tout de même en B-side du single Pure Morning, premier extrait de l'album, sous le nom peu explicite de Mars Landing Party.

Notons également qu'il s'agit là de la première chanson de Placebo en français, avant Burger Queen Français et Protège-moi... Un bel hommage à notre noble langue !

(Véracité de l'anecdote : Note Rock Note Rock Note Rock Note Rock Note Rock | Source : Inside Rock)