keith-moon

#173 Rock, Opéra et Opéra-Rock [Partie 2]

Mais non, j'vous ai pas oubliés! (Ahaha) Enfin, la partie 2 ! Je vous assure, j'ai cru que je n'arriverais jamais à l'écrire celle là, j'en ai fait des cauchemars.
Si la première partie de cette anecdote portait sur les drôles de collaborations entre le monde de l'opéra et le monde du Rock, celle ci se concentrera sur ce qu'on appelle communément les "Opera-rock".

L_ARTCHAPO

#170 Keith Moon : Gogues Save The Queen !

Rock’n’Roll rime souvent avec excès, vous qui êtes des fidèles du site, vous le savez déjà. Dans les années 70 deux groupes étaient en tête de liste en termes de délires en tout genre et de destruction, mais la palme revient sans doute à Keith Moon le dynamique (voire dynamite…) batteur de The Who.

L_ARTCHAPO

#144 L'origine des pulsions destructrices de Pete Townshend

Cela n'aura échappé à personne : l'une des marques de fabrique de The Who sur scène dans les années 60 et 70 était la destruction quasi systématique de leur matériel (guitare, ampli et batterie) à la fin de leurs concerts. Si cela sent le réchauffé 50 ans plus tard, notons que cette pratique était plutôt rare à l'époque. Mais savez-vous comment tout cela à commencé ?

L_ARTCHAPO

#32 20 Novembre 1973 : le jour où j'ai joué avec les Who...

Le 20 Novembre 1973, les Who s'installent au Cow Palace de Daly City en Californie près de San Francisco pour démarrer la tournée Quadrophenia.
Keith Moon (1946-1978), qui avait sans doute quelques problèmes d'insomnies, avale des somnifères pour chevaux juste avant de monter sur scène et s'effondre au bout de dix minutes pendant le morceau Won't Get Fooled Again.

L_ARTCHAPO

#5 Il n'y a pas que Beethoven qui était dur de la feuille...

Le guitariste de The Who, Pete Townshend, souffre d'une surdité partielle et d'acouphènes depuis les années 60...

L_ARTCHAPO

L_ARTFEED_RSS_TAG